Pas trop de moustiques cette nuit, un seul nous a reveillés vers 3h du matin mais un coup de répulsif a eu raison de lui. Ce matin la mer est basse et nous voyons au loin la barrière de corail. L'eau n'a pas l'air d'être trop profonde (c'est seulement une impression), nous decidons donc d'aller voir cette fameuse barrière, pieds nus avec un appareil photo. Les débuts sont plutôt sympatiques, l'eau est chaude et limpide. Après 20 minutes de marche dans l'eau la barrière est toujours aussi éloignée... Nous rencontrons des petits poissons, des crabes, des coraux, des grosses étoiles de mer magnifiques et, moins agréable, des champs de mine d'oursins, attention où on met les pieds!.. Les cailloux et les coquillages commencent à nous faire mal aux pieds. Après une bonne heure de marche dans l'eau à des profondeurs diverses (disons pas plus haut que la poitrine), la barrière est toujours très éloignée et la marée commence à remonter, quand Marie pousse un cri, une grosse bête bouge sous ses pieds! Je la vois faire des bonds entre les oursins tout en continuant à crier...le monstre de Zanzibar doit être à sa poursuite! Grosse frayeur mais pas de bobo. Comme de toute façon la marée continue de monter, nous faisons demi-tour sans avoir atteint notre but qui semble encore bien lointain. Sur le chemin du retour un pêcheur nous propose de nous ramener à la terre ferme (moyennant finances...) avec, pour argument publicitaire, la dangerosité des poissons bleus (very dangerous!). Pas très rassurant... Nous bravons quand même le danger (heu, on voudrait bien mais on n'a pas d'argent sur nous) et finissons à pied avec parfois de l'eau jusqu'aux épaules...on s'en sort mais 1h45 à marcher dans l'eau ça creuse, ça tombe bien, c'est l'heure de déjeuner! (vous pourrez voir quelques photos dans l'album "Zanzibar")