Après une bonne nuit de sommeil dans une auberge de style colonial, nous reprenons nos gros sacs à dos pour aller à la gare des bus située à 20 minutes de là (il faut bien se renseigner parce qu'il n'y a pas de gare générale, chaque compagnie a son propre terminal). Une fois les billets achetés on s'entasse dans un mini van en se demandant si on allait voyager là dedans... Heureusement, 15 minutes plus tard on nous dépose dans une autre gare pour prendre le vrai bus, tout ça dans un joyeux bordel! Le trajet Lima-Pisco doit durer environs 4h et on regarde les niaiseries qu'ils passent sur la tv du bus (genre  "Le pacte des loups", en espagnol c'est encore meilleur!) en ecoutant notre musique. Les controleurs font au moins 10 vérifications de nos tickets (et donc savent ou l'on va) mais au dernier passage, le mec nous dit que Pisco c'était l'arrêt précédent... Il faut dire qu'on s'attendait à un petit terminal et que c'était en fait au bord de la route sans réel arrêt. On demande quand est le prochain stop, c'est Ica à 75km... Finalement, 45km plus loin le chauffeur s'arrête à un péage et le contrôleur avise un bus dans l'autre sens pour lui demander si il va a Pisco, mais non il n'y va pas... il nous dit quand même de descendre et de prendre au passage un bus au péage. Là, commence une longue attente, plusieurs bus passent mais aucun ne veut nous prendre ou ne va à Pisco... Un péruvien arrive près de nous, lui aussi pour arrêter un bus... Quand il voit qu'on commence à perdre espoir (il fait nuit et on est au milieu de nulle part) il nous interroge et on tente de lui expliquer avec les mains et nos 3 mots d'espagnol ce qui nous arrive. Très gentiment, il nous aide a trouver un bus qui nous demande d'aller 100 mètres plus loin avant de nous prendre. En effet, à cause du contrôle de police au péage il ne pouvait pas nous emmener... Dans le bus nous rencontrons 2 américaines qui ont fait plusieurs de nos étapes futures et nous donnent  quelques conseils. Une fois descendus du bus, il faut encore prendre un taxi pour Pisco situé à 5km de là... Lorsque nous arrivons enfin a l'auberge après plus de 6h de route, ils commencent par nous dire que la chambre réservée n'est pas libre... Un peu agacés on montre sur le cahier de l'accueil que notre nom est bien là.  Comme il était tard, ils avaient donné notre chambre à 2 françaises (en leur disant que c'était la dernière), qui nous l'otn finalement rendue car, oh miracle, il lui en restait une autre de libre, sans salle de bain mais moins chère. En fait ça les arrange, elles se sont fait voler leurs sacs à dos par un taxi quelques jous auparavant... Finalement nous faisons connaissance avec elles, elles s'appellent Marie et Mélanie, puis nous allons manger ensemble. Nous nous entassons à 4 dans un moto-taxi (comme son nom l'indique un pot de yaourt tracté par une petite moto) pour aller sur la place trouver un resto. On a pas très bien mangé mais on a passé une soirée très sympa et on va essayer de se revoir un peu plus loin sur le parcours.