Arrrgh, fait chaud! On se réveille ruissellants de sueur et pas un brin d'air pour nous refroidir... Après un rapide petit déj' dehors, on file vers la mer. L'entrée dans l'eau est très difficile tant la différence de température est grande mais, petit à petit, on finit par entrer complètement et oublier la canicule. Une fois sortis de l'eau, le soleil met 22 secondes à nous sécher entièrement, pas mal le micro-ondes! Après avoir cuit un peu des 2 côtés, on se met en route pour le centre de Sydney via un bus et un train de banlieue. Notre premier arrêt se fait à Kings Cross, un Pigale local où on retrouve un bon Burger Fuel (comme en Nouvelle-Zélande), mmmm, c'est toujours aussi délicieux! On reprend ensuite le train/métro jusqu'à Martin Place, au cœur de Sydney. On se balade entre les grands immeubles et on se rapproche du magnifique port puis, en avançant un peu plus, on aperçoit le symbole de la ville, l'opéra. Ce grand bâtiment aux formes profilées et pures n'est pas aussi blanc que dans notre immagination, il faut dire que sa construction a débuté en 1959, ça commence à dater! On prend un pot au bar de l'opéra devant le grand et beau "Harbourg Bridge", ça fait du bien par cette chaleur.... Sur le port, un aborigène joue divinement bien du didjeridou (grand instrument à vent en bois qui pouvait mettre en transe le plus endurci des guerriers). On prend ensuite le ferry qui nous baladera jusqu'au Darling Harbourg, petit port touristique mais bien sympa de l'autre côté du pont, il n'y a pas à dire, c'est une belle ville et il y fait bon vivre! On flane un peu sur les quais en en profitant pour faire les boutiques, puis on se baigne les pieds dans l'eau d'une gigantesque fontaine en spirale et on assiste à un petit concert, avant de choisir un restaurant pour dévorer de la bonne viande australienne. Au milieu du repas, un grand feu d'artifice éclate au centre du port et on est aux premières loges pour y assister, oh la belle rouge! Avant de rentrer, on repasse à Kings Cross qui est plus animé le soir pour y déguster un Irish coffee. Ça fait 2 fois qu'on en boit en Australie et, étonnamment, ils ne savent vraiment pas les faire et ceux qu'on boit en France dans notre resto Tajine préféré sont bien meilleurs!
Il est alors l'heure de retourner vers notre maison si on ne veut pas rater le dernier bus, ça aurait été dommage, il était conduit par Fangio en personne!