C'est le jour du départ donc la matinée est consacrée au grand nettoyage du camping-car (c'est fou le bordel qu'on accumule en 3 semaines!), puis à chercher un endroit tranquille pour déjeuner (ce qui n'est pas facile dans cette grande ville de Brisbane). On finit par se poser en bord de rivière près de l'université et, après une dernière petite salade maison, on se dépêche d'aller rendre le camion au loueur. On s'apercevra à l'aéroport qu'on avait en fait une heure d'avance... Il semble en effet que cette région n'avait pas changé d'heure (va comprendre!). Le rendu du véhicule se passe sans encombre et on prend ensuite un taxi pour l'aéroport dans l'espoir d'enregistrer nos bagages en avance, pour s'en libérer et refaire un tour en ville... Malheureusement, les guichets n'ouvrent que 3 heures avant le décollage et, avec tout notre barda (dont le gros carton qu'on n'a pas pu expedier hier), impossible d'être mobiles, on n'a plus qu'à patienter pendant 8 heures! Heureusement, on a des films sur le pocket pc et, avec quelques petits tours dans les magasins, ça fait passer le temps bien plus vite.
On prend enfin un premier avion pour 8 heures de trajet jusqu'à Kuala Lumpur, où on fait escale 4 heures. Petite sieste sur les bancs et re-visite des magasins (enfin, après 2h d'attente parce que, quand on arrive à 5h30, l'aéroport est mort...), puis on embarque dans le deuxième avion pour 1h50 de trajet.
On arrive finalement à Phnom Penh le 13 au matin et là, c'est le grand dépaysement! D'abord la chaleur accablante (genre 30° et humidité à 100% voire plus) qui nous met sur les genoux, puis la vie grouillante de la ville qui est carrément fascinante. On prend un tuk tuk, une mobilette à 3 roues qui traine une sorte de cariole, pour aller jusqu’à l' hôtel super luxe qu'on avait décidé de s'offrir (faut bien se faire plaisir de temps en temps!). Le trajet est impressionnant, des centaines de mobilettes nous tournent autour dans une joyeuse cacophonie et on en prend plein les yeux, tout en craignant un peu pour notre vie à chaque carrefour... Quand on arrive à l'hôtel, on nous montre notre chambre, immense, qui possède, oh bonheur, une grande baignoire! On en profite donc pour prendre un petit bain dans le délicieux air conditionné avant d'aller piquer une tête dans la jolie piscine de l'hôtel. Avec la chambre, on a aussi un droit d'entrée au "club" où les boissons, ainsi qu'un "afternoon tea" et un cocktail du soir avec des encas très complets sont gratuits (ouhouh!).
Entre ces 2 évènements, on va se faire faire un massage thaïlandais (très énergique), dont on sort fatigués (on a pas dormi 3 heures la nuit dernière) mais détendus à l'extrème (c'est pas qu'on soit trop stressés ces derniers temps, mais bon...).
Le soir, on retourne donc au club et son open bar et on fait la connaissance d'un américain et d'une thaïlandaise qui sont là pour affaire (et qui sont manifestement là souvent) et qui nous donnent quelques conseils sur les endroit à visiter. Le probléme avec les open bar c'est que c'est à volonté et Christophe se fait un peu avoir... C'est donc avec une vision un peu tordue (enfin toujours surtout Christophe) qu'on va ensuite au buffet de l'hôtel.
La soirée est finalement courte (encore et toujours surtout pour Christophe, el picolo) et on tombe comme des masses sur notre confortable lit king size où on dormira d'un sommeil de plomb!