Après avoir bien profité de notre chambre ce matin, on va à pied jusqu’à la vieille ville (non sans se faire aborder environ 75 fois!). On entre par une petite rue et on slalome entre les enfants qui sortent de l'école et les brebis, puis on arrive dans le quartier des garages de motos. Il y a des moteurs partout parterre, et des hommes aussi bien que des ados et des enfants s'affairent dessus... On passe dans une autre rue et là, c'est le quartier textile, des montagnes de tissus de toutes les couleurs sont entassées devant les échoppes, c'est plutôt joli.
Les magasins se font ensuite plus variés, des vélos, des épices, du sucre sous toutes ses formes, des assiettes et des gobelets en cartons, tout y passe! De chaque côté de la rue, les bâtiments, rouges ou roses avec de petites avancées finement décorées dans le mur, sont très beaux. On finit par arriver sur une grande place mais on est un peu perdus et on décide de prendre un pousse-pousse pour aller au City Palace. On rentre alors dans une mini ville fortifiée, où le Maharadja actuel habite toujours. Un audio guide sur les oreilles, on commence la visite par un pavillon d'architecture indienne et anglaise dans lequel on peut voir de nombreux costumes richement décorés. Il y a notamment une tunique immense ornée de fil d'or qui, par sa taille, ressemble plus à une grande couverture, il faut dire que le Maharadja qui la mettait mesurait 2 mètres et pesait 240kg! Dans la salle des audiences privées (qui est ouverte aux 4 vents!) se trouvent 2 énormes jarres en argent contenant chacune 9000 litres (en fait, les plus gros objets en argents du monde, il a fallut 2 ans pour les concevoir) qui permettaient au maharadja de l'époque de transporter l'eau du gange en voyage pour ses ablutions... Pratique dans la valise! Dans la salle des armes, des centaines de poignards, de sabres, d'épées, de pistolets, de canons, de boucliers finement ornés sont exposés, la collection est impressionnante. On passe aussi par une cours qui sert de scène aux spectacles de danse et où se trouvent 4 portes magnifiquement décorées par les artistes de Jaipur, chacune illustre l'une des 4 saisons. C'est un très beau palais et on en apprend un peu plus sur l'histoire de l'Inde et de la région. Pour repartir vers notre hôtel qui n'est pas tout près, on fait l'erreur de reprendre un pousse-pousse... Résultat, on a vraiment mal pour notre chauffeur qui, avec ses 45kg tout mouillé, peine à grimper les petit faux plats, et qui finit par mettre plus de temps qu'on ne l'aurait fait à pieds.
Après une pause rapide (bah oui, on n'a plus beaucoup de temps), on repart de nouveau pour aller au cinéma. On rentre dans une immense salle qui ressemble plus à un théâtre un peu kitsch, avec la moquette au sol et la déco chargée, puis on monte au balcon et le film commence, en hindi bien sûr. Même si on ne comprend pas les paroles, l'histoire est assez simple à déchiffrer. Comme dans tous les films de Bollywood, il y a un bellâtre, une jolie jeune femme, une histoire d'amour, des chants et des danses (avec de sacrées chorés!), des mimiques amusantes et surjouées, et le tour est joué! C'est très marrant mais, comme l'histoire est assez téléphonée, on quitte quand même la salle à l'entracte (avec les 3/4 des touristes d'ailleurs).
La fin de soirée, on la passe tranquillement à l'hotel à se poser des questions sur notre futur itinéraire...